Orphée et Eurydice de C.W. Gluck

L’histoire en est bien connue : Orphée pleure sa défunte Eurydice quand Amour, envoyé par Jupiter lui propose de l’aller chercher aux Enfers sous condition d’apaiser les Furies par son chant, de ne pas regarder son aimée ni de s’en justifier auprès d’elle.
Écrit à l’origine pour un castrat alto, Gluck révisa le rôle d’Orphée pour Paris, le fit traduire de l’italien au français et le destina à un ténor, jusqu’à ce que Pauline Viardot demande à Berlioz d’en écrire un arrangement pour sa voix de contralto finalement plus conforme à l’original.
L’éblouissante prestation de la cantatrice, le 18 novembre 1859, assura un triomphe jamais démenti à cette version exemplaire.
Ce thème éternel à d’ailleurs inspiré une vingtaine d’opéras, l’Orphée de Gluck se situant à mi-chemin (temporel) entre le sublime Orfeo de Monteverdi et l’hilarant Orphée aux Enfers d’Offenbach.
Après l’Ile de Merlin ou le Monde Renversé du même compositeur, production créée en 2012 et qui a connu un vif succès, les solistes du Choeur de Chambre de la Maitrise des Hauts-de-Seine continuent leur travail artistique sur le répertoire lyrique de Gluck.

Opéra Baroque – création 2015

Musique : Christoph Willibald Gluck, version française d’Hector Berlioz

Direction Artistique : Gaël Darchen

En diffusion : tout au long de la saison

Distribution

Unikanti, chœur de chambre de la Maîtrise des Hauts-de-Seine

( 18 chanteurs)

Durée : 1h45 sans entracte

Version 13 instrumentistes

Éléments techniques

1 clavecin

Orchestre en fosse

Montage à J -1

Fiche technique sur demande

Spectacle déjà programmé

Au Domaine de Sceaux

Au Théâtre de la Garenne-Colombes

À la Sainte Chapelle, version concert, Paris

Au Festival d’Abbeville

 

Informations

Christophe Rebours

Responsable de Production

crebours[at]lamaitrise.com

01 42 04 90 62